Thomas Wattebled

24169646_10215061694035718_859907588_o

Sa recherche se concentre autour de la société de la performance, il détourne ses emblèmes pour valoriser les gestes improductifs, la figure du perdant et les formes en repos. Ces manipulations prennent la forme de dessins, d’installations, de vidéos ou de photographies.

WHO WIN est une projection corporelle dans l‘univers virtuel du Jeu PONG de 1972. Le joueur, le “geek“, engage son corps tout entier dans cette partie contre la machine. Un point blanc symbolisant une balle de pingpong focalise son attention,  elle se déplace sur un fond monochrome se heurte aux contours du terrain de jeu bidimensionnel et se voit sans cesse renvoyé par l’adversaire virtuel.

Dans ses gestes répétitifs, programmés l’humain devient machine à son tour, atteignant une telle virtuosité qu‘il semble prisonnier de la partie. Séquestré dans son propre écran, il n‘y a plus de score, plus de temps, juste la précision machinale du geste. Finalement il lance son dernier smatch, mais qui gagne?

 

Publicités

Cyril Hatt

Presque 20 ans que l’artiste se joue de la réalité et de ses symboles. Utilisant la photographie comme matériau premier, il vide de sens les objets du quotidien.
Recréant des paysages d’images, il dessine une illusion de vérité qui pourra en surprendre plus d’un quand la porte de sa chambre s’ouvrira.

guzzi-jaune-1-copie_800photfilm657dsc_0067